L’éducation des jeunes filles Spartiates

Quant aux jeunes filles, il [Lycurgue] voulut qu’elles endurcissent leurs corps par la course, la lutte, le lancer du disque et du javelot ; ainsi les enfants qu’elles porteraient, s’enracinant solidement dans des corps solides, pousseraient avec plus de vigueur ; elles-mêmes seraient pleines de force pour résister à l’accouchement ; elles lutteraient avec courage et aisance contre les douleurs.

Il bannit de leur éducation la mollesse, la recherche de l’ombre et tous les raffinements féminins ; il les habitua à se montrer nues, comme les garçons, dans les processions, à danser et à chanter pendant certaines cérémonies en présence et sous les yeux des jeunes gens. Parfois même, elles leur lançaient des railleries et s’acharnaient sur ceux qui avaient commis quelque faute pour leur bien ; en revanche, elles faisaient dans leurs chants l’éloge de ceux qui en étaient dignes. Elles sucitaient ainsi en eux un grand désir de gloire et de l’émulation. Celui qui s’était entendu louer pour son courage et qui était devenu célèbre parmi les jeunes filles s’en retournait exalté par les éloges, tandis que leurs plaisanteries et leurs railleries étaient des morsures aussi cuisantes que les réprimandes les plus sérieuses, puisque cela se passait en présence de tous les citoyens, des rois et des membres du conseil.

La nudité des jeunes filles n’avait rien de honteux : la pudeur était là, et la licence absente. Cette pratique les habituait à la simplicité et les poussait à rivaliser de vigueur ; elle inspirait aux femmes un orgueil qui n’était pas sans noblesse, puisque tout autant que les hommes, elles avaient part à la vertu et à la gloire. Aussi pouvaient-elles dire et penser ce qu’on rapporte de Gorgô, l’épouse de Léonidas : comme une femme, étrangère sans doute, lui disait : « Vous autres Lacédémoniennes, vous êtes les seules à commander aux hommes », elle répondit : « C’est que nous sommes les seules à enfanter des hommes. »

Plutarque, Vies parallèles.

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s