La croisade contre le Judaïsme

Il est nécessaire d’identifier son ennemi avant toute possible réaction. Un travail d’analyse doit mener à une compréhension globale des stratégies et tactiques de ce dernier avant toute éventuelle action offensive. Il apparaît quelques grandes idées force dans le programme offensif mondialiste.

-La révolution sociétale: son objectif est de détruire les piliers qui fondent l’homme et le meuvent dans ses rapports sociaux. On ne peut bâtir que sur des ruines et c’est précisément cela que le sionisme entend appliquer. Au niveau sociétal, ce sont donc les questions de mœurs qui sont soumises aux attaques subversives: égalité homme-femme dans le but d’augmenter le nombre de consommateurs et de renforcer la logique de la société hédoniste individualiste, libérer la femme de l’homme et donc favoriser son émancipation au prix de la stabilité familiale, féminiser la société civile et donc la soumettre au règne de l’émotionnel et du passionnel. Un second volet entend faire des marginaux les inspirateurs des nouvelles normes comportementales, c’est “l’anormalité promue au rang de normativité“. Le mariage gay, la banalisation des comportements déviants asociaux comme la transsexualité, l’adoption par des homosexuels, etc.

-La révolution biologique: une révolution de mœurs ne suffit pas. Il faut également ruiner le plan physique de l’humanité existante en la substituant par un nouveau type d’homme. L’enracinement, au même titre que la famille, menace l’avancée mondialiste. Un homme enraciné possède des critères moraux qui les rendent imperméables aux modes du système. C’est pourquoi le métis possède les qualités nécessaires à un monde nouveau: il n’est de nulle part et peut donc s’attacher à un ordre nouveau dont il pourra, une fois son éducation faite, être non seulement un zélateur acharné mais aussi la réalité physique de cette révolution. Une telle révolution, physique, est tangible et dépasse le verbiage creux des marxistes. C’est une révolution raciale qui inscrit dans le gène la révolution spirituelle voulue par les talmudistes. C’est le véritable “génocide” dont ils se gargarisent par ailleurs.

-La réduction de la dimension humaine: notamment par une promotion du matérialisme accumulatoire comme fin en soi de l’humanité. La destruction des religions est donc une nécessité pour ruiner leur influence morale qui maintient souvent la famille. Elevant l’esprit, elles sont aussi un obstacle à la conversion au Nouvel Ordre Mondial. “On ne peut servir deux maîtres” dit le Christ. La méthode brutale promue par les républicains français, sous le nom de laïcité, voulait relativiser le rôle de l’église et l’expulser de la sphère politique avant de l’exclure de la sphère civile. La méthode anglo-saxonne tend plutôt à utiliser la force religieuse et de la dévier vers les symboles du mondialisme pour en faire une sorte de nouvelle religion acceptant toutes les religions.

-L’enchaînement socio-économique: via l’endettement. Virtuellement libres, les révolutions ont en réalité aboli un ordre ancien et traditionnel pour établir un féodalisme totalitaire dont l’invisibilité engendre l’impuissance des contestataires. Nul besoin de gendarmes pour tenir en respect les masses, les crédits, assurances et autres taxes suffisent à les occuper. La seule échappatoire étant pour elle de consommer afin de délester leur frustration et le poids de la pression qui repose sur elles mais aussi le sentiment d’impuissance et d’emprisonnement qui les étouffent.

-L’agitation médiatique: elle agite des concepts visuels ou écrits afin de leurrer les populations sur les véritables enjeux. Un flot continu de banalités noie les esprits si bien que contrairement aux dictatures classiques, ce n’est pas le manque d’information qui caractérise le régime, mais la surinformation. Cette surproduction vise à saturer le sens critique des observateurs ou résistants sans parler des masses. A l’image des brouilleurs de radar, l’émission massive de signaux d’information suffit à désorienter les dissidents qui perdent ensuite leur énergie dans des combats conçus dès le départ dans le but de créer une diversion. A ce titre il faut toujours considérer un dissident surmédiatisé mais peu diabolisé comme instrumentalisé par le système: Olivier Besancenot, José Bové, Bayrou, “Ni Putes Ni Soumises“, etc.

-L’alignement global sur l’axe atlanto-sioniste USA-OTAN-UE sous le vocable démocratiste.

Une contre attaque doit donc envisager ces 6 aspects et proposer:

-Un ordre sociétal traditionnel de fait au sein des structures immédiatement disponibles aux résistants, famille en tête. Les valeurs devant être promues: la primauté de l’homme, la promotion du mariage, la lutte contre l’homophilie systématique.

-Une promotion de l’enracinement multi dimensionnel: au niveau ethno racial cela sous entend la conservation des critères des peuples composant la planète dans leur diversité.

-L’adhésion à une structure religieuse promouvant les valeurs familiales, la transcendance spirituelle et le combat contre le Judaïsme. Il ne peut s’agir que de l’église catholique de par la puissante organisation cléricale qu’elle a ou de l’Islam qui de par son sémitisme le place dans une position de confrontation radicale avec le Judaïsme. Naturellement, l’Islam va naturellement aux populations étrangères tandis que le christianisme romain ira aux européens.

-Une rupture du flot médiatique en boycottant la télévision ainsi que la presse alignée, une lecture assidue des sites internet ainsi qu’un effort important de lecture et de culture générale.

-Se considérer comme des partisans pro-Russes, et secondairement des alliés de Téhéran et de Pékin.

Nous ajoutons à ces 6 conditions élémentaires pour une contre offensive anti mondialiste, la désignation explicite ou implicite de l’ennemi (selon le contexte) et la confrontation de l’esprit du judaïsme avec l’esprit indo-européen. Pour l’Europe, ce combat contre l’esprit talmudique de masse, le “droit de l’hommisme” marchand, peut être désigné véritablement sous le nom de “Croisade contre le Judaïsme” qui induit une adhésion aux principes fondamentaux du christianisme romain tant au niveau du droit social que moral. Cette croisade naturellement ne peut recevoir l’accord du Vatican ou des clercs en place, plus que la lettre c’est l’esprit de la chrétienté qui doit prévaloir.

Certains résistants indo-européistes, “païens”, diront que la décadence provient du christianisme. Nous leur laissons la liberté de proposer une voie philosophique et pratique, la question globale étant de libérer l’Europe en la désionisant de manière radicale et drastique pour bâtir l’Europe de demain.

Boris Le Lay

Publicités
Cet article a été publié dans Boris Le Lay, Doctrine, Documentation, Stratégie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s