Valhalla

[ Respectueusement traduit de l’anglais (américain) par Sir Shumule en hommage à Sébastien Deyzieu et à tous nos martyrs passés, présents et à venir. ]

Dans la religion nordico-germanique de nos ancêtres, il était dit qu’un guerrier qui ne mourrait pas de la « mort de paille »* irait dans un endroit appelé Valhalla. Dans cet endroit, ses jours se passeraient à livrer des combats héroïques, et ses nuits à jouir des récompenses que lui vaudrait son courage. La récompenses principale étant constituée de plaisirs érotiques avec de belles jeunes filles appelées walkyries.
Cet enseignement n’est pas exclusivement wotaniste. On le trouve dans nombre des religions fondées par les Adeptes des anciens Mystères. L’Islam, par exemple, enseigne que celui qui donne sa vie pour Allah obtient soixante-dix vierges au paradis. Mais, bien sûr, les religions du Moyen-Orient ont corrompu les Mystères.
Que signifie, par conséquent, le Valhalla, et quel rapport a-t’il avec notre combat contre le génocide ?

L’idée de base est la réincarnation à Mitgard (IE sur terre). Les batailles quotidiennes représentent les incarnations successives. Les walkyries représentent leur rétribution, parce que les belles femmes sont le plus grand désir et la plus grande motivation des jeunes gens sains.
Observons dans quelle mesure les enseignements de nos ancêtres ont de la valeur et de la validité dans notre époque désespérée. Tout d’abord, permettez-moi de clarifier certains termes.
Tout ce qui existe consiste en des forces et des tracés électromagnétiques, tempérés par des longueurs d’onde et des vibrations. Cela inclut la structure atomique, les formes de vie biologique, les pensées et les idées. Dans les anciens Mystères, les tracés d’énergie qui produisent la pensée étaient appelés « âme », parce que les tracés d’énergie électromagnétique peuvent exister en dehors des formes de vie biologique. J’utiliserai donc ici les termes d’« âmes » et de « tracés » de manière interchangeable. L’énergie, bien sûr, est immortelle, bien qu’elle puisse changer de forme.
Selon notre religion indigène wotaniste (odiniste) et selon les Mystères, à la mort de notre corps physique, notre âme-tracé choisit de retourner à Asgard, c’est-à-dire de fusionner avec l’esprit cosmique, symbolisé par le Père de tous, ou d’aller au Valhalla, c’est-à-dire de se réincarner pour un autre cycle de combat à Mitgard, IE sur terre.

Les âmes-tracés qui se la coulent douce dans la vie et ne combattent pas étaient appelées Thralls. On disait qu’à leur mort physique, ces âmes-tracés se dissolvaient dans un chaos d’énergie sans forme ni pensée. C’est le Hel (ou Helgard) de la religion du Nord.
Le Père de tous hait les âmes qui refusent de se battre. Même dans les messages codés dissimulés dans le livre de l’Apocalypse, au chapitre trois, « Dieu » exige que les mortels soient froids ou chauds, et affirme qu’il vomira les tièdes. Le lecteur doit, bien sûr, garder à l’esprit que lorsque les chrétiens torturèrent et assassinèrent les wotanistes, leurs Adeptes infiltrèrent l’église et codèrent les Mystères dans la bible.
Le tout est de retenir que l’esprit cosmique, la compilation universelle de tracés électromagnétiques, ne tolèrera pas les Thralls qui refusent le combat. Nous pourrions justement appeler le Père de tous un vampire d’émotion. Ce qui est éternel et immortel ne ressent pas les émotions que ressentent les mortels biologiques. Le Père de tous ne craint pas la mort ni n’éprouve d’allégresse à échapper à la mort. Le Père de tous ne ressent pas le plaisir d’un orgasme intense avec une belle femme. Nous fûmes donc créés, au fil de millénaires d’évolution guidée, de manière que le Père de tous pût, par procuration, faire l’expérience d’émotions. Malheur au Thrall qui fait obstacle aux plans du Père de tous. Le Père de tous n’est pas moral au sens que les religions étrangères donnent à ce mot. Le Père de tous a créé les lions qui mangent les agneaux, les loups qui mangent les daims, les faucons qui mangent les colombes, et les races d’hommes qui se battent pour les femmes, les territoires, le pouvoir et la vie. Les batailles ne sont ni bonnes ni mauvaises. Elles ne sont que différents aspects du plan du Père de tous. Un peuple qui nie ce plan disparaîtra. Au cours des incarnations des âmes-tracés, les guerriers gagnent et les Thralls périssent, que ce soit dans le cycle en question ou dans un autre.

Certains ont demandé si cela signifiait qu’il n’y a pas de récompenses matérielles pour les guerriers dans la sphère de Mitgard – et des femmes ont demandé si elles sont condamnées à être des récompenses sans âmes destinées aux martyrs. Observons les lois de la nature et les enseignements des Mystères.
En ce qui concerne les femmes, le corps physique reflète l’âme. Les femmes qui évoluent et se réincarnent acquièrent des corps et des visages de plus en plus beaux. Et puisque, dans le monde naturel, rien ne plaît d’avantage à une femme qu’être désirée par un grand guerrier, le rôle de walkyrie sera aussi une récompense.
Cette certitude était la raison pour laquelle nos ancêtres vikings ne craignaient pas la mort, que ce soit à la guerre ou en traversant les océans sur de frêles esquifs. Ils étaient créateurs d’émotions pour le Père de tous et en route vers le Valhalla. Ils étaient les lions, les loups et les faucons de Wotan, sous forme humaine.

Aujourd’hui, alors que les descendants du peuple du Nord, les enfants des Vikings, font face à leur extinction complotée par les Muspheleimers, il n’y a peut être rien de plus important que de considérer nos racines, et notre religion indigène. Puisque le métissage et l’inévitable dégénérescence qui en découle sont un génocide, peut-être nous faut-il rappeler que la destruction de la différence entre les concurrents (les races) est contraire au plan du Père de tous ? Peut-être les Quatorze Mots, « NOUS DEVONS PRESERVER L’EXISTENCE DE NOTRE PEUPLE ET L’AVENIR DES ENFANTS BLANCS », sont-ils un divin commandement du Père de tous, de l’esprit cosmique, de l’âme supérieure électromagnétique créatrice de l’univers ?
Il semble bien que les meurtriers de notre race aient eu de bonnes raisons de persécuter si vicieusement notre religion indigène…

Souvenons-nous toujours que la nature et les lois de la nature sont l’œuvre et, par conséquent, l’intention du Père de tous. Et que la première, la plus haute, de toutes les lois de la nature est la préservation de sa propre espèce. Allez donc accomplir les Quatorze Mots, sans aucune crainte. Ne craignez ni la prison, ni les calomnies des Muspelheimers et de leurs traîtres shabbat goyim, ni même la mort.
A moins que nous ne voulions traiter nos héroïques ancêtres de sots et de menteurs, alors la Victoire et la Walkyrie seront à coup sûr nos récompenses, dans ce cycle ou dans un autre.

David Lane

* « Mort de paille » (straw death), mort médiocre après une vie médiocre, ainsi appelée parce que, dans ce cas, le bûcher funéraire était exclusivement constitué de ballots de paille. (NdT)

Publicités
Cet article a été publié dans David Lane, Doctrine, Raciologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s